IZIA

« Le rock brut et sauvage»

Un retour aux racines du rock, brut et sauvage…

La fille de Jacques Higelin s’est fait un prénom en un temps record… À 21 ans, Izia en est déjà à son 2e album et à sa 3e Victoire de la musique.

Avec elle, on a affaire à du rock, du vrai. La jeune femme écrit et chante en Anglais. Sa voix rappelle celle de Janis Joplin. “L’urgence, voilà ce qui définit ma musique et ma personnalité, dit elle *. Le besoin d’enflammer les choses.”

Logique, donc, que la scène soit son territoire naturel. Elle y déverse un torrent d’énergie, un rock brut et rageur, à la limite de la rupture…

Présente sur diverses scènes depuis 2006, c'est en 2009 que sa carrière démarre vraiment, avec la sortie de l'album Izia, premier album de son groupe également nommé Izia.


Izia est la fille d'Aziza et de Jacques Higelin, la demi-sœur d'Arthur H et de Kên Higelin.

Son prénom aurait dû être M’Zia, qui veut dire « ensoleillé » en géorgien. Mais l'entourage des parents ayant indiqué que ce prénom serait difficile à porter, le M a été remplacé par un I, donnant naissance à un prénom totalement inventé, Izïa. 

À l'adolescence, elle se tourne vers le rock pur et dur en découvrant Led Zeppelin et Nirvana. Elle apprend la guitare et commence à écrire ses premières chansons dès l'âge de 13 ans.

Elle écrit et chante en anglais en reprenant à son compte la formule de John Lennon selon laquelle le rock français serait comme du vin anglais.

À 14 ans, elle interprète l'une de ses premières compositions, Life is going down, au Cabaret Sauvage et est immédiatement invitée à participer au Festival du Vent de Calvi six mois plus tard. C'est alors qu'elle s'entoure d'un groupe au hasard des rencontres. C'est le début de la collaboration avec Sébastien Hoog, le guitariste qui reste en 2010 le seul rescapé des diverses formations. Plus qu'un simple sideman, Sébastien Hoog est un véritable complice qui cosigne les musiques et apporte un son de guitare très années 1970 au groupe. Izïa enchaîne les dates et monte sur scène au Printemps de Bourges de 2006. C'est pour elle le déclic, elle quitte l'école et se consacre à la musique.

Elle entame alors sa carrière sur la route, sans promotion, sans album, sans label, sans buzz sur internet, en bâtissant petit à petit sa réputation par ses prestations scéniques. Âgée d'à peine 16 ans, elle se produit en première partie d'un concert d'Iggy Pop à Paris, en juillet 2007. D'ailleurs, en avril 2009, Iggy Pop l'invite à chanter un titre en duo pour La Musicale de Canal +. Après Nice to be dead, le vieux rocker insiste pour qu'elle chante Gloria avec lui. Ne connaissant pas les paroles, elle vocalise en scandant « I don't know those fucking lyrics! ».

Sur scène, outre sa voix, souvent comparée à celle de Janis Joplin, et une énergie communicative, la liberté dont elle fait preuve n'est pas sans rappeler celle de son père. Longues improvisations, délires verbaux, gros mots, humour et dialogues directs avec les spectateurs parsèment ses prestations. Elle-même explique qu'à avoir vu souvent son père sur scène, elle a tout naturellement imaginé que l'attitude de ce dernier en public était la norme.

Accompagnée d'Arthur H, elle rejoint Jacques Higelin sur scène lors du dernier concert donné au Bataclan en 2007, pour une longue improvisation sur la chanson Tête en l'air. La prestation est présente sur le DVD Higelin en plein Bataclan sorti le 10 décembre 2007.

 Son premier album éponyme sort le 8 juin 2009, enregistré en dix jours dans les conditions du public, afin de préserver ce que dégage le groupe sur scène. Bien que catalogué rock, l'album aborde une très large palette de cette musique, on y découvre des ambiances qui vont du rock des années 1970 (Back in Town) à la ballade guitare/voix (Sugar Cane) en passant par le Punk (Hey Bitch !) et le Funky (Blind). Peu diffusé en radio parce que jugé trop rock, le disque atteint la trente-et-unième place des ventes en France et restera dans le Top 100 durant dix-sept semaines. Après les Victoires de la Musique 2010, il atteint la vingt-quatrième place mi-mars 2010. Le 29 mars 2010, le label annonce que l'album est certifié disque d'or, soit cinquante mille exemplaires vendus.

Le groupe prend la route pour une longue tournée qui se poursuivra jusqu'en 2010 et le fera en 2009 passer par le Printemps de Bourges, les Francofolies, le festival des Vieilles Charrues, le Bataclan pour deux soirs en octobre et une première partie pour le groupe Motörhead le 4 novembre 2009 et se terminera sur la scène de l'Olympia.

En 2010, Izïa se produit notamment une nouvelle fois au Printemps de Bourges le 14 avril 2010 et est présente sur de nombreux festivals estivaux.

Le 14 novembre 2010, elle occupe la scène de l'Olympia (sur laquelle elle était déjà montée en première partie de son frère Arthur H) pour deux heures de concert survitaminées. C'est une Izïa transformée qui apparaît sur scène, cheveux raccourcis, silhouette amincie mais la voix et l'énergie intactes. Son frère Arthur ainsi que Didier Morville viendront la rejoindre sur scène.

Izïa enregistre son son deuxième album qui sorti le 14 novembre 2011. Les séances d'enregistrement se font au studio du Hameau dans l'Orne. Izïa promet un album toujours aussi rock, mais plus mélodique, avec une meilleure maitrise de sa voix. Le 15 mars 2012, l'album a été certifié disque d'or.

Récompenses :

- 2010 : Victoires de la musique: album pop/rock de l'année et révélation scène de l'année.

- 2012 : Globe de Cristal : meilleure interprète féminine

- 2012 : Victoires de la musique: album rock de l'année pour So Much Trouble.
 
Discographie :
2009 : Izia
2011 : So Much Trouble

Composition du groupe : Guitare : Sébastien Hoog, Basse : Arnaud François, Batterie : Grégory Jacques
 
Des photos seront en ligne prochainement sur ce site.

 Retrouvez toutes les infos sur : www.iziamusic.com

 



 

Copyright © 2018 - Solution de création de sites Internet éditée par EPIXELIC - Administration - webgreen